‘South Asian’ identity signals alignment without being aligned to anything specific

Of late, a growing number of Indian-Americans look to assert a South Asian identity for most of their sociopolitical and cultural expressions even though actual residents of ‘South Asia’ don’t claim this identity in any way, home or abroad. I realize that second-generation Indian-Americans embrace ‘South Asian’ forums in reaction to various domestic conditions. However, they ignore the polysemy of the term ‘South Asia’ when they project it internationally, for example, to express ‘South Asian’ pride over Kamala Devi Harris’s historic election for the Vice Presidency, instead of just Indian-American pride. Of course, I’m not talking about African-American pride here; it is beyond the purview of my discussion.

According to my understanding, increasing application of the term ‘South Asia’—just like the Middle East—precludes a nuanced perception of the particular countries that make up the region. It permits Americans to perceive the region like it is a monolith. Although the impression of the United States is striking in the Indian imagination, the image of India, as it turns out, is not very obvious for the average citizen in the United States, not even among second-generation Indian Americans, as I see it. To gauge American curiosity in a particular region, language enrollment in US universities is a decent metric. It turns out, around seven times more American students study Russian than all the Indian languages combined. The study of India compares unfavorably with China in nearly every higher education metric, and surprisingly, it also fares poorly compared to Costa Rica! As an aside, to understand India and her neighborhood, an alternate perspective to CNN or BBC on ‘South Asian’ geopolitics is WION (“World is One” News – a take on the Indic vasudhaiva kutumbakam). I highly recommend the Gravitas section of WION for an international audience. 

Back to the central question: ‘South Asia’ and why Indians do not prefer this tag?

For decades, the United States hyphenated its India policy by balancing every action with New Delhi with a counterbalancing activity with Islamabad. So much so that the American focus on Iran and North Korean nuclear proliferation stood out in total contrast to the whitewashing of Pakistan’s private A.Q. Khan network for nuclear proliferation. Furthermore, in a survey conducted by the Chicago Council on Global Affairs that gauges how Americans perceive other countries, India hovered between forty-six and forty-nine on a scale from zero to one hundred since 1978, reflecting its reputation neither as an ally or an adversary. With the civil-nuclear deal, the Bush administration discarded the hyphenation construct and eagerly pursued an independent program between India and the United States. Still, in 2010, only 18 percent of Americans saw India as “very important” to the United States—fewer than those who felt similarly about Pakistan (19%) and Afghanistan (21%), and well below China (54%) and Japan (40%). Even though the Indo-US bilateral relationship has transformed for the better from the Bush era, the increasing use of ‘South Asia’ on various platforms by academics and non-academics alike, while discussing India, represents a new kind of hyphenated view or a bracketed view of India. Many Indian citizens in the US like me find this bracket unnecessary, especially in the present geopolitical context. 

What geopolitical context? There are several reasons why South Asian identity pales in comparison to our national identities:

  1. The word ‘South Asia’ emerged exogenously as a category in the United States to study the Asian continent by dividing it. So, it is a matter of post Second World War scholarship of Asia from the Western perspective.
  2. Despite scholarship, ‘South Asia’ has low intelligibility because there is no real consensus over which countries comprise South Asia. SAARC includes Afghanistan among its members; the World Bank leaves it out. Some research centers include Myanmar—a province of British India till 1937, and Tibet, but leave out Afghanistan and the Maldives. For instance, the UK largely accepts the term ‘Asian’ rather than ‘South Asian’ for academic centers. The rest of Europe uses ‘Southeast Asia.’
  3. Besides, geopolitically, India wants to grow out of the South Asian box; it cares a lot more about the ASEAN and BRICS grouping than SAARC. 
  4. Under Modi, India has a more significant relationship with Japan than with any South Asian neighbor. With Japan and South Korea, India plans to make Indo-pacific a geopolitical reality. 
  5. South Asia symbolizes India’s unique hegemonic fiefdom, which is viewed unfavorably by neighboring Nepal, Sri Lanka, Bangladesh, and Pakistan.
  6. According to the World Bank, South Asia remains one of the least economically integrated regions globally.
  7. South Asia is also among the least physically integrated (by road infrastructure) regions of the world and this disconnect directly affects our politics and culture.

Therefore, the abstract nature of ‘South Asia’ is far from a neutral term that embraces multiple cultures. It is, at best, a placeholder for structured geopolitical co-operation in the subcontinent. However, in socio-cultural terms, ‘South Asia’ used interchangeably with India signals India’s dominance over her neighborhood. Contrarily, in India’s eyes, it is a dilution of her rising aspirations on the world stage. These facts widen the gap between the US’s intentions (general public and particularly, second-generation Indian-Americans) and a prouder India’s growing ambitions. 

Besides, it is worth mentioning that women leaders have already held the highest public office in Pakistan, India, Sri Lanka, Bangladesh, etc. So as you see in this video, the Indian international actress, Priyanka Chopra, tries her best to be diplomatic about this nebulous ‘South Asian’ pride thingy, but she rejoins with the more solid identity, her Indian identity. The next time, say a Nepalese-American does something incredible in the US, and you want to find out how another Nepali feels about this achievement, as a matter of experiment, refer to the accomplishment as Nepali pride, instead of South Asian pride, and see the delight on the person’s face. Repeat this with another Nepali, but this time use the ‘South Asian’ identity tag and note the contrast in the reaction.

Pourquoi Kamala Harris?

La nomination de Kamal Harris comme candidate du Parti Democrate (“D” majuscule) à la vice-presidence avec Joe Biden a donne lieu à beaucoup de sornettes dans les media francais, et francophones, comme on pouvait s’y attendre. Bien sur tout ceci importe car il y a de bonnes chance que Kamala se retrouve présidente, peut-être même très vite.

Etant donnés l’âge de Biden et son état de sénilité, il n’est pas impossible qu’elle devienne tôt Président des EU par remplacement constitutionel. Ceci, à moins que ceux-la mêmes qui ont choisi Kamala comme V.P. à rideaux tirés changent de cheval et inventent aussi un stratagème constitutionel pour mettre en oeuvre le remplacement du vieux Biden. Il y a même certains (dont je ne suis pas) qui parient que Biden ne sera jamais le candidat Democrate venu le temps des élections, qu’il sera remplacé par Kamala avant les élections.

D’abord, des clarifications sur l’ascendance familiale de Kamlal Harris qui ne sont pas superflues vu que le Parti Democrate est enfoncé jusqu’au cou dans la politique communautariste. Elle est la fille de deux immigrants. Sa mère était une Indienne de haute caste du sud de l’Inde. Son père vient de la Jamaique. Selon lui-même, il descend à la fois d’esclaves et de propriétaires d’esclaves. (Il s’agit d’une situation commune, aux EU, comme dans les Antilles anglaises. On saurait qu’elle est commune aussi dans les Antille françaises si on se donnait la peine de chercher un peu.)

Les EU sont un des ces pays possèdant une bourgeoisie issue directement de l’immigration. (J’en fait moi-même partie, sur un plan assez mineur, à vrai dire.) On n’est pas obligé d’entrer dans la société américaine par le bas. Aujourd’hui même, des milliers de citoyens de l’Inde arrivent nantis de bons diplômes. Ils acquièrent un enseignement supplémentaire sur place. Ceux qui s’arrangent pour rester se retrouvent quelquefois millionaires en dix ans. Il se marient le plus souvent entre eux, ce qui accélère encore l’ascenceur économique de leur mobilité sociale. En tous cas, le père de Kamala était professeur d’économie a Stanford et sa mère, chercheuse à l’université de Californie/ Berkeley, possèdait aussi un doctorat. La petite Kamala n’a donc pas été élevéee dans le dénuement. Grandissant dans la très éclairée région immédiate de San Francisco , dans les années 70/80, elle n’a surement pas beaucoup d’expérience personelle du racisme non plus .

Le fait qu’elle se présente comme un candidate Noire pose problème à beaucoup de francophones. C’est que la classification raciale aux EU est avant tout une question sociologique plutot que génétique. Depuis longtemps, elle dépent en partie des choix identitaires que font les personnes elles-mêmes. Personne ne châtie ceux qui se presentent comme blancs même s’ils ont 50% de sang africain sub-saharien. De même, il faudrait un état de fraude charactérisée pour que des porte-paroles Noirs dénoncent la négritude de n’importe qui possèdant un grand-père ou un arrière-grand-père Noir, ou même un seul arrière-arrière-grand-père. Il vaut quand meme mieux, cependant, posséder des traits visibles d’origine africaine sub-saharienne, sur la tête ou les lèvres, si la teinte de peau fait défaut.

Le père de Kamala, né à la Jamaique, possède sans aucun doute des ancêtres Africains . Et il semble que très tôt, Kamala ait fait le choix de devenir membre de l’élite politique Noire de la région de San Francisco. Elle aura delibérément opté pour l’afroamericanité. Elle a donc fait ses premières études universitaires à Howard University à des milliers de kilomètres de chez elle. Howard est difficile a expliquer. C’est une université fondée et financée directement par le gouvernement fédéral apres la Guerre Civile pour donner un débouché universitaire spécifiquement aux Noirs, dont les esclaves affranchis de l’époque. Incidemment, cette origine ne signifie nullement que Howard pratique la ségrégation raciale. Les blancs y sont facilement admis; ils l’ont toujours été.

En faisant ce choix, Kamal a expressément endossé une identité publique d’Africaine-Americaine et elle s’est plongée dans une culture ethnique qu’elle connaissait peut-être mal, ou même, pas du tout. Plus tard, Kamala a fait son droit a l’Universite de Californie/Berkeley, une école bien estimée régionalement, et aussi connue sur le plan national, et surtout, surtout, la pépinière presque’obligatoire du personnel politique de la Californie-Nord (qui comporte entre autres, San Francisco, et Silicone Valley). Comme on le sait, la grande majorité des politiciens américains possède une formation juridique.

Apres avoir echoué une première fois a l’examen qui ouvre l’inscription au Barreau, elle a réussi et elle est immédiatement entrée en politique, de manière tout ce qu’il ya de plus conventionnelle. Elle s’est arrangée pour être recrutée comme assistant-procureur de base; puis elle a été élue procureur en chef dans la circonscription de San Francisco en 2004.

Les mauvaises langues prétendent que le fait qu’elle ait été la maîtresse de Willie Brown, de 37 ans son ainé, n’aura pas nuit à sa capacité d’obtenir le support des notables Démocrates de la région. Willie Brown est l’ancien président de l’assemblée legislative de l’Etat de Californie et aussi, ancien maire de San Francisco. C’est un politicien professionel habile, un Démocrate un peut filou (mais pas trop), bien aimé de tous dans ces deux rôles (y compris de moi-même qui l’ai rencontré une fois). Mr Brown est Noir. A propos, à mon avis, les mauvaises langues ont bien raison.

Kamala est devenue procureur général du grand état de Californie en 2014 dans une élection peu disputée puisque le Parti Républicain, (mon propre parti) y est moribond depuis plusieurs années. Ce nouveau poste lui a procuré instantanément et automatiquement une notoriété qui lui manquait au niveau de l’ensemble de l’état de Californie (pop. 39 millions). En 2016, elle était élue la seconde des deux Senateurs de Californie au parlement fédéral donc, l’une de cent Senateurs nationaux. Elle avait triomphé contre un fauteuil vide car, aussi incroyable que cela paraisse, aucun Républicain ne s’était présenté contre elle! Après trois ans et demi au Senat, Kamal ne s’est illustrée par…rien. Elle y a bien fait son petit boulot au jour-le-jour mais n’est à l’origine, meme partielle, d’aucune législation importante.

Dans ses plusieurs carrières de procureur, Kamela Harris avait plus brillé par ses discours, et par ses vannes, et par ses initiative politiques que par ses chiffres de rendement conventionnels. Dans ses divers postes de procureur, elle a produit un faible taux de condamnations, l’aune de performance normale de ce métier. Elle a pourtan la réputation de s’attaquer a des proies faciles. Ainsi, par exemple, elle a mis a l’ombre des centaines de personnes coupables d’avoir …fumé de la cannabis (pas traffiqué de la cannabis). Ceci, à une époque où tout le monde savait très bien que la Californie était sur le point de légaliser cette pratique fort commune. Et puis, en fin de compte, qui donc est assez vulnérable pour se faire prendre et se retrouver sans défense devant ce chef d’accusation mineur, légalement valide mais pratiquement et moralement bidon? Les jeunes Noirs de sexe masculin, bien sur. Kamal a été entendue plaisantant sur la possibilité de jetter en prison les parents d’enfants récidivistes d’école buissonière. (Je ne sais pas si elle l’a fait.) Kamala Harris a aussi plusieurs fois demontré en public sa mechanceté hors du commun. Elle l’a fait, en particulier, à l’égard de Joe Biden à l’occasion de la primaire présidentielle Démocrate auquelle elle avait brièvement participé (et dont elle s’était retirée rapidement faute d’avoir suscité assez d’enthousiasme).

Q’apporte donc Kamala à la campaigne de Biden? Le plus important est ce qu’elle n’apporte pas. Elle n’apporte surtout pas le vote Noir, acquis depuis longtemps à Biden. D’ailleurs, les électeurs Noirs qui apprécient Kamala sont relativement peu nombreux selon un sondage récent. Elle n’apporte pas non plus le grand état de Californie (ou je vis), perdu d’avance par Trump et par les Républicains en général. On peut donc se demander: pourquoi Kamala?

Kamala Harris est-elle une femme d’extrême-gauche?

Cela dépend.

Kamala Harris est-elle un femme de gauche?

Cela dépend.

Kamal Harris est-elle une centriste?

Cela dépend.

Possède t’elle du talent pour la collecte de fonds?

Oui, oui, absolument.

Kamal Harris est une femme vigoureuse, d’apparence agréeable, toujours bien attifée, coiffée et maquillée (important pour l’électorat féminin), une femme qui s’exprime bien sur tout, et aussi sur rien, un femme politiquement correcte (doublement correcte) sur le plan ethnique, enfin, a peu près, (comme Barak Obama, d’ailleurs). En même temps, c’est une femme capable de mordre férocement

Kamala est un vase à la fois très présentable et vide qu’on remplira du contenu idoine le moment venu, un bon choix sur le plan de la flexibilité, idéologique et autre. Elle sera bien utile a ses capi quoiqu’il arrive dans les mois qui viennent à un Parti Démocrate aujourd’hui en pleine dérive. En effet, personne ne sait trop comment se recomposera le coctèle de son électorat centriste traditionnel (y compris, le gros de l’électorat Noir), de sa forte minorité Sanderista, style- ancien PSU , et de sa frange d’émeutiers enragés dont personne ne connait vraiment ni le nombre ni l’influence, même approximativement.