Les pumas de Bécon-les-Bruyères

Mon neveu français, qui aime la Californie, hésite à y venir camper avec sa famille parce que j’ai eu le malheur de mentionner nos pumas devant lui. Comme j’y habite depuis plus de trente ans, j’ai à coeur de le rassurer en lui présentant les fait tels qu’ils sont, tous nus. D’abord, il faut savoir de quoi on parle, bien sûr: Le puma est un grand carnivore qu’on appelle communément en Anglais: “mountain lion”, et aussi, “cougar”. (Il y a d’autres noms régionaux.) Il ne faut pas dramatiser: Il y a plus de pumas en Californie qu’en Ile-de- France mais ce ne sont pas vraiment des “lions”. Voici la réalité.

Les pumas sont présents dans tout l’ouest des Etats-Unis, c’est-à-dire, partout à l’ouest du Mississipi. Il en est aussi en Floride, sous un autre nom. Il y a même de bonnes raisons de penser que le territoire de ce beau carnivore est en train de s’étendre vers l’est. Des habitants du Vermont, à l’extrême nord-est du pays en ont signalés mais l’équivalent américain des Eaux-et-Forêts n’a pas confirmé, au moins jusqu’ici.

Mais revenons à nos moutons (si je puis dire, expression malencontreuse, peut-être!) Les pumas adorent la Californie, comme presque tout le monde d’ailleurs, et ils y sont de plus en plus nombreux. Les causes de cette préference sont d’ordreà la fois écologique et politique. D’abord, et bien que la chasse au chevreuil soit légale en Californie en genéral, les municipalités et les cantons (“counties”), animés par un souci de respect de l’environnement, y mettent de plus en plus d’entraves, Ceci sous forme de réglementations diverses dont certaines concernent simplement la décharge des armes à feu.

Les résultats de cette politique sont évidents: Dans les zones montagneuses sans grosse population, tout chasseur est bien forcé de mériter son chevreuil. Continue reading